Le portable des années 1900, l'e-mail avant la lettre, c'est la carte postale. D'un coût modique, elle est fiable, sûre. Qu'elle représente une rue, un petit métier, une scène pittoresque, un commerce ou un groupe, la vulgarisation de la photographie est à l'origine de cet engouement. Ces millions de vues nous renseignent sur l'habitat, les conditions de vie, l'habillement, le commerce...

lundi 21 avril 2014

Les murs parlent... à St Martin le Beau


"Cette façade d'épicerie-mercerie caractéristique des années 1930 en mosaïque bleutée conserve le souvenir de très nombreux petits métiers qui animent Saint-Martin-le-Beau et toutes les communes rurales jusqu'aux années 1960. En 1930, pour 1121 habitants, et en 1960, pour 1159, on dénombre respectivement plus d'une centaine de commerçants puis environ 80, dont un sabotier (disparu en 1960), 1 bourrelier, 1 chapelier, un fabricant de couronnes mortuaires (disparu en 1960), 8 épiceries (dont une à Fombèche), puis 5, 4 et enfin 3 maréchaux-ferrants, et 3 tonneliers. Un marchand de chevaux est également présent en 1960."
Source : Le patrimoine des communes d'Indre-et-Loire - Éditions Flohic

6 avril 2013

St Martin le Beau - Rue d'Amboise

Vous en voulez encore ---> clic !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire