Le portable des années 1900, l'e-mail avant la lettre, c'est la carte postale. D'un coût modique, elle est fiable, sûre. Qu'elle représente une rue, un petit métier, une scène pittoresque, un commerce ou un groupe, la vulgarisation de la photographie est à l'origine de cet engouement. Ces millions de vues nous renseignent sur l'habitat, les conditions de vie, l'habillement, le commerce...

mardi 27 mai 2014

Sur l'église, j'écris ton nom



Suite à la loi du 9 décembre 1905 dite loi de séparation de l’Église et de l’État, entrée en vigueur en 1906, une devise peinte sur une plaque métallique est installée au-dessus de la petite porte de la façade sud de l’église Saint-Vincent (utilisée comme entrée principale). La facture de 1906 (sans date précise) décrit cette plaque comme peinte en blanc cassé avec un liseré rouge encadrant la devise.
 
Durant la deuxième guerre mondiale, la plaque est retirée par la Délégation Spéciale qui avait remplacé le Conseil Municipal dissout en 1942. Elle sera réinstallée à la Libération au cours d’une cérémonie officielle.

En 1959, une demande est formulée auprès du Conseil Municipal pour retirer la plaque détériorée, peu esthétique, mais cette demande est rejetée. La plaque sera au contraire rénovée et repeinte.

En 1983, la plaque métallique étant très abîmée et rouillée, le Conseil Municipal décide à une large majorité de restaurer la devise, en expliquant que cela « fait partie du patrimoine communal et de l’histoire locale », et ceci malgré les réticences de quelques personnes. La devise républicaine est donc gravée sur un support de pierre et réinstallée à son emplacement d’origine. La plaque métallique retirée en 1983 comprenait une bande tricolore peinte en bas à droite.



14 avril 2014

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire